L’e-réputation, une étape difficile dans la conception d’une stratégie marketing


Aujourd’hui, il est difficile de concevoir qu’une entreprise n’a pas son site internet. Un site que tout le monde peut visiter, pour l’apprécier ou non. Les échanges d’appréciation se feront également sur l’internet et c’est ce qu’on appelle l’e-réputation.

A quoi assimile-t-on le terme e-réputation ?

e-reputation.jpg

L’e-réputation est la notoriété numérique d’une marque, d’une société ou d’une entreprise. Selon les stratégies déployées, elle peut être bonne ou désavantageuse. L’e-réputation peut être assimilée à la fréquence des visiteurs en ligne d’un site, aux appréciations que ces derniers s’échangent entre eux. L’e-réputation est aussi assimilé à un trafic important sur le net. . En effet, plus un site est visité, plus les internautes en parle entre eux et plus il reçoit de visites pour vérification des faits. La  bonne visibilité d’un site, grâce à un référencement optimisé contribue à asseoir une e-réputation.

Quels sont les moyens pour se créer une bonne e-réputation ?

quels-sont-les-moyens-pour-se-creer-une-bonne-e-reputation.jpg

Une bonne e-réputation se crée et se maintient à l’aide d’une bonne stratégie. Pour cela, il est très important d’avoir une bonne visibilité sur le net. C’est-à-dire d’apparaître dans la première page des recherches sur le net à un contenu de qualité. Avoir son site ou son domaine personnel contribue à l’e-réputation d’une marque ou d’une société. Aussi, dès que le nom est tapé, il apparaîtra de suite sur la page de  recherche. Cette identité numérique doit cependant être appuyée par des publications régulières. Ces contenus peuvent être des blogs, des revues de presse ou des articles régulièrement mis à jour et relatant les exercices d’activités de l’entreprise. Les réseaux sociaux qui foisonnent sur le net sont aussi des outils pertinents pour asseoir une bonne e-réputation, alors il ne faut pas hésiter à créer sa page personnelle, pour contrer les propos malveillants de certains détracteurs.